Unit-E

Critiques de séries telles Friday Night Lights, Skins, LOST, Desperate Housewives ou enore Veronica Mars.

17-04-09

Le premier tiers de l'année sur le grand-écran, Red fait sa sélection (cinéma)

Nous sommes déjà à la mi-Avril, l'occasion pour moi de faire un rapide tour d'horizon des films que j'ai eu l'occasion de voir dans ce premier tiers de l'année, à peu près. (cliquez sur les images d'illustration pour accéder aux films qui bénéficient déjà d'une critique plus développée)

Le meilleur, dans des genres différents.

revolutionaryroad_article

harveymilk_article

nickandnorahsinfiniteplaylist_article

Michael Cera, you rock. Sa présence dans un film peut souvent s'interpréter comme gage de qualité, c'est le cas ici.
Cette comédie rock-esque aurait facilement pu tomber dans un amas de clichés sur les couples adolescents mais c'est tout autre et on s'étonne à apprécier la direction prise par les événements, tout cela maintenu par une réalisation mélodique et souvent assez ingénieuse.
C'est de la comédie comme je l'aime : une bande-son qui tue, de bons acteurs, et un pitch qui fonctionne, c'est efficace. Sans être révolutionnaire non plus. Whatever : matez-le un vendredi soir avant de vous couchez, c'est l'idéal.


slumdogmillionaire_article


-------------------------------------------

À partir de là, on vire dans la médiocrité.

boya_article

Le pitch de départ était simpliste mais prometteur : un ado dans sa vingtaine sort de prison après avoir été enfermé pour avoir commis un meurtre dans son adolescence. Il tente ainsi de se (re)faire une place parmi les gens qu'il côtoie quotidiennement après sa sortie et le film suit sa réinsertion sociale étape par étape. Le vrai défaut de Boy A, c'est sûrement d'avoir trop insisté sur le fait que la prison a littéralement changé cet homme : l'ado perturbé qu'il était laisse place à un adulte gentil comme tout. Si l'acteur est hyper-charismatique et le personnage attire la sympathie -trop, sûrement-, l'emphase est inévitable : le film complet oblige le spectateur à se lier d'amitié avec le personnage principal. Sur 1h30, et pourtant c'est court, c'est trop. Pompeux, parfois larmoyant, à oublier.

curiouscase_article

Le temps passe, profitez de votre vie et vivez le présent. Voilà encore un film qui nous impose une morale de façon extrêmement pompeuse. Le rythme est lent et les scènes qui exposent la morale sont tellement vides de sens et ampoulées qu'on finit par se demander si l'intérêt du film n'est finalement pas de nous faire mourir d'ennui pour quitter la salle avec le fameux sentiment d'avoir passé les pires 2h45 de sa vie et profitez de celle-ci jusqu'à ce qu'un nouveau film de cette médiocrité-là regagne le grand-écran.

fastandfurious_article

Michelle Rodriguez sur l'affiche alors qu'elle n'apparaît que pendant les 10 premières minutes du film -les meilleures-, c'est fort. Ce qui est encore plus fort, c'est d'avoir réussi à me divertir pendant une bonne heure et demie et de m'obliger à classer ce film parmi les moins réussis de ces 4 premiers mois. Chapeau.

knowing_article

Deux scènes : le crash aérien sur l'autoroute et le métro qui déraille. L'intérêt de ce fameux Prédictions se limite à deux scènes. Seulement. Sur deux heures de film. Le reste, la SF, les références bibliques, les dialogues plats, le héros qui réalise qu'il a été désigné pour sauver l'humanité nous donnent un film plat, bancal -la première heure était pas mal quand même- et la réalisation est molle.
L'interprétation de Rose Byrne n'a qu'un seul mérite : elle a réussi à se mettre au niveau qualitatif du film, nul. Passez votre chemin.

twilight_article

---------------------------------

Posté par _Red à 06:09 PM - Films - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire