Unit-E

Critiques de séries telles Friday Night Lights, Skins, LOST, Desperate Housewives ou enore Veronica Mars.

29-01-09

Film : Revolutionary Road (Les Noces Rebelles) (2009)

Je vais commencer par un grand coup de gueule contre le titre vf. Alors qu'on évite la traduction littéraire "route révolutionnaire" je comprends, mais de là à sortir un titre aussi peu inspiré (et qui veut pas dire grand chose) ... Espérons que ça ne porte pas préjudice au film, parce qu'on est à la limite du titre cucul et si certaines personnes s'y privent à cause du titre c'est dommage (ça doit exister sûrement, je le fais des fois j'avoue)
Parce que le film n'a rien de cucul justement. Bravo à Sam Mendes qui a fait un excellent travail sur la réal, bravo à Kate Winslet pour son Golden Globe amplement mérité, bravo à Léonardo Dicaprio aussi. Voilà du cinéma de qualité, un film qui marque, un film qui fait réfléchir, un film qui bouleverse. Dommage que la première heure soit si longue et peu fouillée mais le reste est du grand art, un magnifique travail sur l'étude des personnages. Respect.

Ca faisait depuis longtemps que j'avais pas autant apprécié un film en fait. Pas que j'ai passé un moment à s'en souvenir toute sa vie, mais c'est rare de voir des films qui vous sortent autant les mots de la bouche, quoi. J'avais peur (même si j'adore la série) de retrouver un Mad Men version cinéma, il y a beaucoup d'éléments qui s'y rapprochent (le couple, la réalisation ...) sauf qu'on est en 1950 au lieu des sixties. Déjà qu'un épisode de Mad Men est souvent indigeste, version cinéma pendant 2h j'imagine pas.
J'attendais un film un peu moins pudique que la série, qui fout carrément la boule à la gorge. Autant dire que le début du film commençait bien, on avait une dispute entre le couple, moi qui avait peur que le début soit laborieux et que ça traine un peu. Après ça se gâte un peu plus, la première heure est plutôt lente et le film trouve son rythme vers le milieu. Puis la fin est très belle.

Revolutionary Road c'est donc la simple histoire d'un couple vivant dans le Connecticut, assoiffés par la vie atypique, qui ne veulent pas tomber dans les conformismes du couple banlieusard de l'époque. C'est April surtout (interprétée par Kate Winslet donc) qui souffre de cette volonté de quitter sa vie pour Paris où ils peuvent vivre heureux avec son mari (Leonardo Dicaprio), réellement jouer la carte du couple inhabituel. Bref, c'est surtout l'histoire d'une femme qui est prise par la monotonie et qui veut changer. Pour parler de la performance des acteurs, j'ai trouvé Dicaprio bon sur tout le film et Winslet que sur la majorité en fait. Dans les nombreuses fortes scènes de dispute, elle semblait gênée, son jeu paraissait peu naturel alors que Dicaprio avait vraiment un jeu authentique tout du long.

Excellente réalisation, évidemment. Pas aussi frappante que pour Slumdog Millionaire car plus sobre et plus présentée en tant qu'atout "secondaire", en arrière-plan (les décors vu l'époque), mais réussie, indéniablement. La première heure est difficile à suivre tant il y a un certain nombre de répétitions, dès que l'idée de déménager à Paris fait surface. Le couple se voit dans l'obligation de le répéter à tout le monde donc à un moment donné, on a une succession de scènes où chaque proche / collègue apprend la nouvelle.
Le film décolle vraiment à partir de la révélation sur la grossesse. C'était fort et imprévu. On savait depuis le départ qu'ils n'allaient pas partir pour Paris, puis c'est réellement l'élément perturbateur qui permet de relancer l'intérêt et les différends au sujet de ce changement de vie radical. À partir de là, il y a eu beaucoup de scènes de dispute assez fortes. Celle sur l'abortion, puis plus tard quand Frank avoue à sa femme qu'il a eu une liaison (l'adultère semble être presque naturel à cette période-là, cf Mad Men là aussi, ça en deviendrait presque choquant, puis ils fument tous aussi, ne savant pas que c'était nuisible pour la santé) avant que les invités arrivent et qu'ils calment leur tempérament pour reprendre la dispute dès leur départ.

La régression du couple est vraiment bien fichue. L'épouse est prise dans le désespoir, elle est devenue la femme qu'elle espérait ne pas être, le mari est plus indifférent quant à la vie qu'il vit. Puis ils atteignent un point de non-retour où on se demande vraiment ce qu'ils ont fait pour en venir jusque là. April dit bien à son mari qu'elle ne l'aime plus, sous la colère ou pas, ses paroles paraissaient authentiques et on en vient à croire ça naturel : c'est pas son mari qui a gâché sa vie mais la monotonie de leur relation, puis comme elle le dit dans une scène elle a casé toute son énergie dans l'espoir d'avoir une vie atypique, de se sentir littéralement active. Donc évidemment quand l'utopie devient irrationalité, on meurt. Bref, c'est super bien fait, très bien écrit, il y a une réelle subtilité. Puis pas besoin des musiques mélodramatiques, tire-larmes pour faire passer l'émotion. L'émotion passe beaucoup plus facilement avec un film comme celui-ci, sobre mais juste, qu'avec une daube sans nom comme Sept Vies que je vous déconseille vivement au passage.

En bref : C'est un film très juste, très poignant, qui dit tout haut ce qu'on pense tout bas. C'est rare de trouver un mélange qui fonctionne aussi bien au cinéma, puis les deux personnages principaux sont assez nuancés pour attirer la sympathie ou permettre l'identification.
Excellente réalisation aussi, un film à conseiller évidemment aux adeptes du cinéma de qualité.

Posté par _Red à 10:08 PM - Films - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    L'ai vu, l'ai adoré aussi.
    En dis pas plus, sinon je vais être embrouillé pour ma critique prochaine (cherche pas à comprendre ^^)

    Je t'en conseille un autre, qui est un véritable coup de coeur, le meilleur depuis longtemps : le bal des actrices

    Posté par adam, 31-01-09 à 09:34 PM

Poster un commentaire